[Manga] La Croix Grise (Tomes 1 & 2)

Après le thriller Fool’s Paradise, je vous présente aujourd’hui le seinen parlant de la deuxième guerre mondiale : La Croix Grise de Testuo Aoki. Reçu la semaine dernière, je n’ai pas regretté d’avoir pré-commandé chez Black Box ce manga qui compte deux volumes au total. Mais avant de donner mon avis, voici le synopsis  :

Si ce sont les grands de ce monde qui écrivent l’Histoire, ce sont les petites gens qui la vivent. 

Avec la Croix Grise, Tetsuo Aoki signe un recueil poignant sur le quotidien des acteurs involontaires de la Guerre du Pacifique. Passionné de récits historiques, l’auteur fait appel à la mémoire afin de présenter, dans la vérité la plus crue, les affres de la guerre. A travers une mise en scène bouleversante, un trait profondément humain, il devient le porte-voix des témoins anonymes de ce conflit.

Ce sont donc plusieurs personnages qui nous racontent ici leur Histoire, avec leurs espoirs, leur doutes et leur soif de vérité. De jeunes hommes et femmes arrachés à leurs certitudes, qui cherchent à reprendre le contrôle de leur vie. Que l’on appelle « ennemi », nous ne sommes que des brindilles emportées par les vents violents de la guerre.

 

L’oeuvre datant de 1991, je suis content que les éditions Black Box a pu les éditer aujourd’hui. Le premier tome raconte 3 histoires indépendantes et le second tome une histoire entière. Leurs histoires qu’on lit à travers les personnages faisant partie de la population sont à la fois touchantes, dures, et dramatiques à la fois. Et les questions légitimes posées dans le prologue nous accompagnent dans notre tête : « Comment est-ce arrivé ?  » « A qui la faute ?  » « Pourquoi s’entretuer ? « 

En lisant ses deux tomes, ces histoires me rappellent tout de suite ma visite au Musée du mémorial de la Paix de Hiroshima. Dans le musée, on peut lire les témoignages avant et après les lancées des bombes. Leurs vies basculent en enfer en espace de quelques temps. Le manga retranscrit bien l’essence de ces témoignages.

A la fin de chaque tome, on retrouve des témoignages et les événements des récits afin de nous situer dans le contexte. Ce que j’ai apprécié est le fait que ce manga ne nous sort pas de leçon de morale, ni de montrer le rôle du gouvernant. Il montre ceux qu’ils ont le plus perdu dans toute guerre : la population.

Ce manga est poignant et, comme le musée de la paix de Hiroshima, il ne nous laisse pas indifférents.

Cette série est disponible sur le site de Black Box

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s